Documentaire: A la recherche des Fakirs Péruviens dans les hauteurs de la Cordillère des Andes

Documentaire: A la recherche des Fakirs Péruviens dans les hauteurs de la Cordillère des Andes

Documentaire: A la recherche des Fakirs Péruviens dans les hauteurs de la Cordillère des Andes

 

Salut les Aventuriers !  

 

   Aujourd’hui je vous présente le documentaire que j’ai réalisé avec Vice TV dans les confins perdus de la Cordillère des Andes au Pérou ! Ce voyage incroyable à la recherche des danseurs ciseaux fût véritablement une aventure inoubliable mélangeant smoothie de serpents et de crapauds frais, d’hémorragie de l’estomac à cause de la pression liée à l’altitude et de danse précolombienne de fakirs ayant passé un pacte avec le diable !

 

Pour se rendre dans cette endroit perdu de chez perdu à plus de 5500 mètres d’altitude dans les Andes, nous avons dû rouler plusieurs jours sur des chemins de montagne dans un état catastrophique et dans des conditions très difficiles. Il faut dire que notre sponsor BMW Mini n’avait peut-être pas choisi les voitures les plus pertinentes pour rouler sur ses routes de la mort vu que nous roulions en Mini Cooper Sport sur les routes les plus dangereuses du monde !

 

Ma mission et celle de mon pote Krishna était de trouver les fameux danseurs ciseaux qui s’infligent les pires douleurs au monde comme sacrifices aux dieux pour que les futures récoltes soient bonnes. Prêts pour voir des hommes se couper la langue, se fouetter la chair avec des cactus ou s’enfoncer des clous dans le nez et les yeux ? OK. Alors regardez la vidéo et soyez prêts pour découvrir une tradition ancestrale comme vous n’en avez jamais vu. Au passage n’oubliez pas de vous abonner à ma chaine Youtube les amis. Attention, cette vidéo n’est pas pour les personnes fragiles du cœur ou de l’estomac ! 

Maintenant que vous avez regardé la vidéo, je vous explique tout ! Cette tradition qui peut paraitre étrange à des origines précolombiennes très anciennes. Lorsque les conquistadors espagnoles arrivèrent, et particulièrement les missionnaires catholiques, ils pensèrent immédiatement que les danseurs avaient passé un pacte avec le diable et commencèrent à les massacrer. La tradition a failli être gravement menacée à nouveau avec l’apparition d’une organisation « terroriste » dans les années 80, le Sentier lumineux,  dont la guérilla et les massacres  firent plus de 70 000 morts. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, le village a connu de nombreux massacres sur sa place publique, là où les danseurs  virevoltent maintenant dans notre vidéo.  Malgré les nombreuses persécutions, la tradition perdura en secret passant de générations en générations à travers les âges !

 

 

La danse des ciseaux est à la fois complètement folle et incroyablement géniale ! Deux groupes de danseurs s’affrontent dans une danse énergique de folie en très hautes altitudes jusqu’à rentrer en transe pendant plus de 40 heures ! La danse des ciseaux est toujours exécutée par les habitants des fameuses communautés Quechua de la partie sud des Andes centrales du Pérou, mais aussi depuis quelques temps, en zone urbaine. Dans la vidéo je parle à un moment de «  Fucking Lima » car nous avons assisté à un show de scissor dancers ridicule complètement calibré pour les touristes, rien à voir avec l’authenticité que je veux vous montrer ici. Je n’ai absolument rien contre la ville de Lima que j’adore pour son côté alternatif dont je vous parlerai bientôt dans un autre article.

 

 

Cette danse rituelle est toujours exécutée pendant la saison sèche va coïncider avec les principales phases du calendrier agraire. Pourquoi ce nom de danse des ciseaux vous demandez vous ? Ce nom vient  simplement de la paire de lames en métal poli semblables à des lames de ciseaux que chaque danseur doit tenir et agiter en rythme dans sa main droite lors de la battle. La dualité du monde andin apparait ainsi clairement dans cette danse, car comme l’explique Pedro dans le documentaire, la partie inférieure se nomme femelle et la partie supérieure mâle.

 

 

Comme vous le voyez dans la vidéo, l’équipe est toujours composée d’un danseur, d’un violoniste et d’un joueur de harpe andine. Comme lors d’un battle de Hip Hop, les deux équipes s’affrontent l’une après l’autre avec un niveau de difficulté croissante jusqu’à ce que la foule détermine le vainqueur.  Les danseurs portent des costumes brodés magnifiques avec des franges dorées, des miroirs réfléchissants et de nombreux sequins multicolores. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo par contre, ils ne sont pas vraiment adaptés à ma taille haha.

 

Parfois les battles de danse des ciseaux peuvent durer une semaine complète, et les danseurs ne peuvent se reposer que seulement trois ou quatre heures par jour. Car en effet il s’agit d’un véritable combat d’honneur entre les villages de la région, et le danseur vainqueur est alors considéré comme un héros. Au contraire, la défaite est parfois tellement lourde à porter, que certains danseurs s’exilent ou mettent fin à leur vie. Les danseurs sont uniquement choisis de générations en générations, héritant de la vigueur du sang de leurs ancêtres, comme dans les anciennes monarchies. Ils sont alors entraînés dès l’âge de trois ans.

 

 

Les villageois quechuas attribuent aux danseurs des pouvoirs magiques comme la faculté de guérir et de voir l’avenir. Ces pouvoirs leur auraient été transmis par les dieux andins comme les Apus connus dans la région comme les esprits des montagnes. Quand un danseur meurt, il y a alors une grande cérémonie où le ce dernier est toujours enterré la bouche dirigée vers le bas, afin de l’aider à retourner à la terre-mère Pachamama.

 

 

A la grande fierté de mon village perdu dans les hauteurs, et de tout le Pérou d’ailleurs, la danse des ciseaux a été inscrite en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité à l’UNESCO.

 

 

Au cours de mes voyages j’ai connu les pires douleurs animales et végétales, des maladies horribles, des douleurs causées par l’acier qui déchire ma chair etc. Mais aucune souffrance n’a été plus handicapante que le mal des montagnes ! Malgré mes très nombreuses mises en garde à l’équipe, ces derniers n’ont pas souhaité réaliser les étapes d’acclimatation INDISPENSABLES lors de montées en hautes altitudes. Ha les états-uniens …

 

Pour avoir grandi dans les alpes et beaucoup pratiqué l’alpinisme, je sais qu’il est impératif de toujours monter lentement et de passer du temps en altitude pour avoir une acclimatation réussie. Il faut au grand minimum 76h pour que le corps mette en place des mécanismes adaptatifs : principalement une ventilation et une fréquence cardiaque plus rapides qui vont lui éviter de mourir petit à petit. Car en effet, à très haute altitude, votre corps ne fait rien d’autre que de littéralement mourir heures après heures à cause du manque d’oxygène dû à l’air raréfié. L’augmentation du nombre de globules rouges ne se fera jamais avant 8 jours, c’est pourquoi il faut absolument respectez les règles simples des paliers : à partir de 3000 mètres d’altitude ne jamais dépasser 400m entre deux nuits consécutives. De très nombreuses personnes, même des grands sportifs entrainés, meurent chaque année d’œdèmes pulmonaires et cérébraux car ils n’ont pas respecté ces règles de base.

 

 

 

 

Alors forcément en passant de Nazca située à 0 mètre d’altitude à plus de 5500 mètres dans la même journée, il se passa exactement ce que j’avais annoncé : toute l’équipe de tournage s’est retrouvé terriblement malade et a fini à « l’hôpital » du village le plus proche. Enfin, je dis hôpital entre parenthèses car il s’agissait plus d’une grange où des poussins et chèvres montaient sur mon lit ! Une expérience inoubliable ! Aujourd’hui j’en rigole, mais sachez que durant les 10 jours de tournage j’ai eu une hémorragie de l’estomac qui m’a cloué à l’hôpital en France à mon retour et qui a failli être fatale. Durant le tournage, tous les membres de l’équipe de production était en permanence sous masque à oxygène.

 

 

 

L’autre moment sympa de la maladie que vous pouvez voir dans la vidéo est quand un chaman local est venu frotter pendant de longues heures des dizaines de kilos de feuilles de coca sur mon corps totalement nu, tout en fumant des herbes magiques. J’étais complètement défoncé, mais absolument pas guéri haha ! Alors je vous laisse imaginer les cameramen complètement à bout de force, en train de filmer en gros plan des mecs qui s’accrochent des violons avec des clous dans la langue, devoir poser la caméra et partir vomir au coin de la rue. Bref ce tournage était absolument exceptionnel, mais terriblement éprouvant. J’adore !

 

 

 

 

J’espère que cette expérience unique vous plaira, et si c’est le cas n’hésitez pas à laisser des commentaires et à partager ma page !

 

 

Allez, bon voyage les amis !

Qui suis-je ?

Moi c'est Anthony VERLAINE. Il y a plusieurs années j'ai quitté le monde de la diplomatie et de la politique internationale pour réaliser mes rêves d'aventures autour du monde! Devenu depuis aventurier professionnel, j'ai parcouru le monde à travers plus de 97 pays pour vous donner envie de voyager et surtout sensibiliser un maximum de personnes sur la nécessité de protéger notre planète. Je suis là pour vous motiver et vous aider, donc n'hésitez surtout pas à me contacter !

Please follow and like us: